À la lumière d’une relecture de deux œuvres [1] de Pierre Bordage, j’ai eu envie de partager mes impressions sur cet auteur, et sur ces deux œuvres qui présentent des particularités communes.


\t\t

Pierre Bordage est un auteur français de science-fiction. Ces deux œuvres en particulier partagent les même thèmes : un monde déshumanisé, au bord du chaos, se situant dans un futur plus ou moins lointain. Ces mondes chaotiques sont d’ailleurs le résultat de la folie des hommes, à travers des guerres totales, des exterminations etc.

Ces univers, passés ou présents, ressemblent à s’y méprendre à des choses qui existent ou qui ont existé. On y retrouve des morceaux d’Empire Romain, la cour de Louis XIV … Bordage met l’accent sur ce qu’il y’avait de pire dans ces époques. Mais, à travers les descriptions qu’il nous propose, on retrouve une critique de notre société. La science-fiction se confond parfois avec l’anticipation, ou du moins on retrouve une part d’anticipation dans la science-fiction. Bordage combine très bien anticipation et science-fiction, captant les défauts de nos sociétés modernes, et les sublimant dans des sociétés futuristes, les mêlant à notre histoire.

Le résultat donne quelque chose d’assez sombre, un univers assez noir, ou il ne reste pas beaucoup d’espoir, en particulier peu d’espoir pour le genre humain sous sa forme actuelle. Et c’est là que réside la seconde force de Bordage, qui transforme un anti-héros en héros, en sauveur de l’humanité.

Ce sauvetage de l’humanité ne se fait pas nécessairement de façon tonitruante, mais discrètement. Tout d’abord, cet humain sans histoire redécouvre son humanité et c’est là le point de départ d’un parcours initiatique. Cette humanité retrouvée, il essaime vers ses compagnons de route, compagnons qui l’ont bien souvent aidé à retrouver cette humanité.

La redécouverte du Royaume de l’Homme par ces Élus provoque un nouveau cataclysme, jamais aussi dévastateur que les précédents, mais qui ébranle les sociétés en place, donnant à chacun l’opportunité de redécouvrir ce que le « héros » a découvert. Et c’est là dessus que l’œuvre s’achève.


\t\t



\t\t

[1] Les Guerriers du Silence et Wang


\t\t

Bordage fait partie pour moi de ces auteurs qui redonnent espoir dans notre monde empli de cynisme où l’Homme ne semble plus avoir sa place. Il redonne envie de redécouvrir ce qui nous rends unique, de respecter les autres. D’une façon insidieuse, il donne envie de découvrir la déité qui est en chacun de nous.